Search
  • Placements Louisbourg

Investissement durable : harmoniser la profitabilité avec les valeurs

7 juillet, 2021

Marc André Castonguay, CFP, CIM


Un regard sur « l’investissement durable » et son impact sur la gestion de portefeuille.


Je crois que tous peuvent s’entendre que le but principal d’investir est de réaliser un rendement positif pour faire croître nos placements. Je n’ai pas encore rencontré quelqu’un qui investit pour perdre de l’argent, même si cette personne investit dans des titres hautement spéculatifs. Au-delà des chiffres, les investisseurs cherchent de plus en plus à harmoniser leurs placements avec leurs valeurs. C’est ce qui a mené à une tendance grandissante de « l’investissement durable », un terme général qui englobe les placements tenant compte des questions environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) et l’investissement socialement responsable (ISR).


Bien que ces deux termes soient souvent utilisés de façon interchangeable, il y a une différence entre investir selon les principes ESG et l’ISR. Investir en tenant compte des facteurs ESG signifie que les questions environnementales, sociales et de gouvernance seront considérées dans le choix des placements. Voici quelques exemples de chaque facteur :

  • Les critères environnementaux incluent les changements climatiques et émissions de carbone, la pollution de l’air et de l’eau, la gestion des déchets, la pénurie d’eau.

  • Les critères sociaux incluent la protection des données et de la vie privée, la diversité, l’engagement des employés, les normes de travail.

  • Les critères de gouvernance incluent la composition des conseils d’administration, la rémunération des hauts dirigeants, la corruption, les politiques de dénonciation (whistleblower).

Lorsque les gestionnaires de portefeuille tiennent compte des facteurs ESG dans leurs décisions de placement, ils vont habituellement commencer par identifier des options de placement attrayantes basées sur des critères financiers traditionnels. Après tout, la majorité des investisseurs veulent des placements rentables. Ensuite, ils appliqueront un filtre pour déterminer quelles options de placement présélectionnées rencontrent leurs normes ESG. En utilisant cette approche, il est possible d’investir à la fois de façon durable et rentable. Cela permet aussi d’avoir une bonne diversification puisqu’il n’y a pas de secteurs qui sont automatiquement exclus dès le début du processus de décision de placement.


Il existe un mythe courant voulant que certaines industries soient exclues lorsque l’approche d’investissement selon les facteurs ESG est appliquée. Par exemple, certains croient que les producteurs pétroliers sont exclus d’un portefeuille géré selon les critères ESG à cause de leur bilan environnemental. En fait, le gestionnaire de portefeuille regardera plutôt ce que font ces compagnies pour adresser les questions ESG avant de décider si celles-ci rencontrent les critères du portefeuille.


L’exclusion de certaines compagnies est d’ailleurs la principale différence entre l’investissement selon les facteurs ESG et l’ISR. Avec l’approche d’ISR, certains secteurs et sous-secteurs sont exclus au tout début du processus de sélection des placements. Depuis plusieurs années, bon nombre de gestionnaires de portefeuille ont une politique d’investissement socialement responsable qui interdit des placements dans les industries du tabac, de la pornographie, de l’armement militaire et d’autres industries qui sont perçues comme « moins qu’idéal » d’un point de vue moral. Au cours des dernières années, le champ d’application de l’ISR s’est étendu, passant de l’exclusion basée uniquement sur des valeurs morales à l’exclusion basée sur les facteurs ESG. Une chose à garder en tête avec cette approche est le possible risque de concentration. Plus il y a d’industries qui sont exclues d’un portefeuille, moins ce dernier sera diversifié, ce qui peut augmenter sa volatilité.


L’investissement durable n’est pas seulement une mode passagère mais bien une tendance grandissante. Vous n’avez qu’à regarder les changements que font plusieurs entreprises, de la divulgation d’information non-financière touchant les facteurs ESG aux actions prises pour adresser les questions environnementales, sociales et de gouvernance. Par exemple, dans les secteurs de l’énergie et miniers au Canada, des compagnies prennent des mesures pour réduire leurs émissions de carbone, d’autres s’engagent à réduire leur empreinte écologique en développant des technologies de captage de carbone et en se tournant vers des sources d’énergie renouvelable pour leurs besoins en électricité. Les compagnies font ces changements en réponse aux demandes des investisseurs.


Il existe plusieurs options d’investissement durable mais ils ne possèdent pas tous les mêmes caractéristiques. Les investisseurs intéressés par l’investissement durable devraient en discuter avec leur conseiller ou leur gestionnaire de portefeuille pour comprendre comment cette approche est, ou peut être incorporée dans leur portefeuille, tout en maintenant une stratégie profitable.


D'autres articles de Marc André Castonguay:

Fractionnement d’actions : plus abordable mais pas meilleur marché

Une bonne offensive et défensive pour un plan complet


Marc André Castonguay, CFP®, CIM® est Directeur, planification financière chez Placements Louisbourg. Vos commentaires et questions peuvent être soumises par courriel à marcandre.castonguay@louisbourg.net.




Cet article est pour information générale seulement et ne constitue pas des conseils financiers, fiscaux, comptables ou légaux. Les opinions exprimées dans cet article sont propres à l’auteur et ne reflètent pas nécessairement les opinions de Placements Louisbourg.

Recent Posts

See All