top of page
Search
  • Writer's picturePlacements Louisbourg

Mauvais investissements et essayer de les éviter

Robert Currie, CFA

Juin, 2024



Le risque est souvent associé avec la volatilité du prix d’un titre. Dans cet article, on porte notre attention sur deux types de risque qui pourraient aider à prévenir de mauvais investissements. 



Identifier de mauvais investissements est généralement une pratique post-mortem. Par exemple, vous pourriez entendre un ami parler de comment il connaît quelqu’un qui a perdu son argent en faisant de « mauvais investissements ». Comme l’industrie est relativement ésotérique, nous finissons par confondre les termes pour tenter de simplifier le sujet. Sous ce voile de simplicité, le terme « investissement » couvre tout, de la nouvelle pizzeria de votre neveu aux actions ordinaires d’Apple vendues à la bourse de New York. Cela peut parfois rendre les discussions sur l’investissement compliquées, car le terme signifie des choses différentes pour des personnes différentes. 


Il va sans dire, mais une manière sûre de faire de bons investissements est d’éviter les mauvais. C’est là que les choses se compliquent, car un mauvais investissement est facile à identifier après coup, mais très difficile à prévoir à l’avance. C’est ici que nous introduisons un autre terme surutilisé et mal défini dans le monde de l’investissement : « risque ». 


Le risque semble être le précurseur d’un mauvais investissement, mais ce n’est pas la bonne façon de le considérer. En fait, Aswath Damodaran de l’Université de New York dit ceci dans son livre Strategic Risk Taking : « … les théoriciens financiers et les praticiens ont choisi d’adopter une vision trop étroite du risque, en général, et de la gestion des risques, en particulier. En assimilant la gestion des risques à la couverture des risques, ils ont minimisé le fait que les entreprises les plus performantes dans n’importe quelle industrie y parviennent non pas en évitant les risques mais en les recherchant activement et en les exploitant à leur avantage. » 


Risque et rendement vont de pair et lorsqu’une personne envisage un investissement, elle devrait comprendre l’opportunité comme un équilibre entre risque et rendement. Le risque est typiquement mesuré dans le milieu universitaire comme la volatilité des prix d’un investissement. Je trouve que c’est une très mauvaise manière de mesurer le risque. Une bien meilleure manière de le mesurer est de mesurer la variabilité des valeurs intrinsèques possibles de l’investissement. 


La valeur intrinsèque d’un investissement est la somme de ses flux de trésorerie futurs (« FT »), qui pourrait être aussi complexe que les futurs bénéfices d’une entreprise dans laquelle vous investissez ou aussi simple que les paiements périodiques d’intérêts et le remboursement du capital à échéance d’une obligation que vous souhaitez acheter, ajustée à la baisse pour le coût du risque associé (« r »), plus communément appelé coût du capital ou taux d’actualisation. Cet ajustement à la baisse est amplifié par le montant de temps requis pour le versement de ces flux de trésorerie. 


Valeur intrinsèque = Σ FTt (1+r)t𝑉𝑎𝑙𝑒𝑢𝑟 𝑖𝑛𝑡𝑟𝑖𝑛𝑠è𝑞𝑢𝑒 = 𝛴 𝐹𝑇𝑡 (1+𝑟)𝑡

 


Un investissement risqué dans ce contexte est celui avec un haut degré d’incertitude dans l’une de ces variables. Et typiquement, plus il y a d’incertitude autour des flux de trésorerie et le moment de leur versement, plus le coût du capital devrait augmenter. Pour lier cela à la citation de Damodaran, évaluer la qualité d’un investissement (la probabilité qu’il soit un bon investissement) peut être considéré comme identifier un risque mal évalué. 


Il existe de nombreux types de risques, mais il y en a deux faciles à éviter car ils sont très difficiles à mesurer, rendant l’investissement très difficile à évaluer, réduisant ainsi la probabilité que ce soit un bon investissement. 


Premièrement : un endettement élevé. La dette est un amplificateur. Elle peut rendre certains investissements incroyablement rentables et d’autres à zéro. Pensez à la valeur de votre maison. Si votre résidence personnelle a été achetée pour 100 $, mais que vous avez investi 20 $ de votre propre poche (capitaux propres) et emprunté les 80 $ restants (dette), une baisse de 20 % de la valeur de votre maison effacerait complètement les capitaux propres car la valeur de votre dette ne change pas. Les actions sont des investissements en capitaux propres dans des sociétés cotées en bourse et les mêmes calculs s’appliquent. Si vous avez surestimé les flux de trésorerie futurs d’une entreprise, il y a peu de marge d’erreur lorsque son endettement est trop élevé. 


Deuxièmement : les investissements spéculatifs. Je catégorise les investissements spéculatifs comme ceux avec une incertitude significativement plus élevée que la moyenne. Bitcoin en est un excellent exemple. Quels sont les flux de trésorerie futurs attendus de Bitcoin? Le seul flux de trésorerie qu’il produit est l’argent que vous recevez lorsque vous le vendez. Par conséquent, la valeur intrinsèque est presque impossible à calculer. Les entreprises de biotechnologie en phase préclinique ou d’essais cliniques correspondent également à cette description, ainsi que les sociétés minières juniors, les petites entreprises technologiques déficitaires, etc. 


Si vous pensez avoir trouvé un investissement qui utilise beaucoup de levier (endettement élevé) OU qui a un haut degré d’incertitude dans son profil de flux de trésorerie futur, vous feriez probablement mieux de l’éviter ou d’y accorder une petite pondération appropriée. Il y a des exceptions à chaque règle, mais vous devriez avoir une raison solide d’accepter ces deux risques lors de l’investissement. 

 

Cet article est pour information générale seulement et ne constitue pas des conseils financiers, fiscaux, comptables ou légaux. Les opinions exprimées dans cet article sont propres à l’auteur et ne reflètent pas nécessairement les opinions de Placements Louisbourg. 




Robert Currie, CFA est Gestionnaire de portefeuille chez Placements Louisbourg. Vos commentaires et questions peuvent être soumises par courriel à robert.currie@louisbourg.net, ou vous pouvez le rejoindre au (506) 383-5229.







Cet article est pour information générale seulement et ne constitue pas des conseils financiers, fiscaux, comptables ou légaux. Les opinions exprimées dans cet article sont propres à l’auteur et ne reflètent pas nécessairement les opinions de Placements Louisbourg.

17 views0 comments

Comments


bottom of page